Volver al inicio

- Axe 4 - Langage et cognition

Langage et cognition. (coord. V. Capnarsky)

Le Centre EREA joue un rôle majeur dans le développement des recherches en anthropologie linguistique et cognitive au sein du laboratoire. Ces champs, qui furent développés notamment dans le cadre du Programme Agentivité du précédent quinquennal, seront renforcés grâce à l’intégration d’E. de Vienne (MCF en anthropologie cognitive). Deux programmes sont proposés : le premier, Agentivité et intentionnalité : théories de l’esprit et théories de la communication à l’épreuve de l’ethnographie, constitue une nouvelle phase des recherches sur l’Agentivité, où cognition et pragmatique sont intégrées de façon plus centrale, et associant de nouveaux participants du LESC ; le second, Les dimensions sonores des discours rituels mayas : Prosodie, performativité, genres et styles, renforce les collaborations entre chercheurs du CREM, du GERM et de l’EREA. Il s’intègre aux thématiques de l’atelier Interactions et transmissions verbales et musicales de l’axe 3.
Agentivité et intentionnalité : théories de l’esprit et théories de la communication à l’épreuve de l’ethnographie
Développé dans l’axe 3. Responsables : Valentina Vapnarsky et Emmanuel de Vienne, en collaboration avec Michel de Fornel (EHESS).
Après avoir exploré la pluralité des dimensions sémantiques qui configurent un agent (programme Agentivité de la période précédente), ce programme entend revenir sur l’équation entre agentivité et intentionnalité, noyau dur de théories en psychologie cognitive, pragmatique et anthropologie. Sans nier que la lecture des intentions soit une capacité universelle ni qu’elle joue partout un rôle dans la communication, il vise à explorer les variations interculturelles, mais aussi contextuelles, qui montrent que le couplage agent/intention est loin d’être rigide ou stable.
Les dimensions sonores des discours rituels mayas : Prosodie, performativé, genres et styles
Projet EREA/GERM dans le cadre de l’ANR DIADEMS, s’inscrit au sein de l’axe 3. Responsable : Valentina Vapnarsky, collaboration mayaniste: A. Monod Becquelin, A. Breton, C. Becquey (INALCO), M. Chosson
La collaboration entreprise avec les partenaires de l’ANR DIADEMS sur le traitement sonore informatisé, est l’occasion de développer l’étude du vaste corpus de discours rituels mayas recueilli par des membres du LESC depuis plus de 40 ans. Ces discours présentent des caractéristiques de chanté parlé ; le présent projet en propose une analyse des dimensions prosodique et plus largement sonores. Celle-ci, qui a peu fait l’objet d’attention des chercheurs jusqu’à présent, est essentielle sur plusieurs plans. Elle permettra d’offrir des éléments de compréhension nouveaux quant aux qualités performative de ces discours au sein de l’interaction verbale rituelle dont ils sont constitutifs, ainsi que du point de vue stylistique et démarcatif des genres de discours mayas.
Les points de recherche développés à partir de l’analyse sonore du corpus seront les suivants :
a/ Caractéristiques sonores des chanté-parlé ou dictions rituelles cantilées de chacun des grands genres du corpus (dialogues rituels -passation de charge --, prières de guérison, prières agricoles invoquant les esprits-gardiens, épopée) ;
b/ rôle de la prosodie et des variations sonores d’un point de vue pragmatique et performatif : lien avec le déroulement de l’action rituelle et la transformation du contexte ;
c/ rôles de la prosodie et des variations d’intonations, de débit, de rythmes, d’accents, de contours, de tons de voix (type falsetto) etc. en tant qu’éléments démarcatifs entre genres du discours, et de styles au sein d’un même genre d’un point de vue rhétorique et esthétique ;
d/ élucidation des critères sonores impliqués dans la reconnaissance par les Mayas eux-mêmes des genres et des styles personnels, en dehors des indices du texte ;
e/ comparaisons des caractéristiques entre langues mayas ;
f/ comparaisons des caractéristiques au cours du temps (transformation des genres); et parfois au cours de la vie même d’un orateur (évolution stylistique) (ex. évolution sur une trentaine d’années des styles des pat’o’tan du tseltal) ;
Le corpus est composé de 50 h. de discours rituels dans cinq langues mayas (maya tseltal, ch’orti, k’iche’, chol, yucatèque) par différents locuteurs et pour différents rituels dans le cadre d'une même langue, enregistrés des années 1970 à nos jours dans différentes régions du Mexique et du Guatemala.