Volver al inicio

- Axe 5 - Histoire de l’Américanisme

Histoire de l’Américanisme
Les recherches en sciences humaines reposent essentiellement sur les enquêtes de terrain et sur les analyses qui en sont faites, mais elles font aussi nécessairement référence aux travaux antérieurs et se positionnent vis-à-vis de ces derniers. Il paraît dès lors primordial de saisir dans quel contexte ont été effectuées ces études, quels en ont été les modes opératoires, les schémas interprétatifs, etc. L’analyse critique des sources premières permet souvent de capter un « arrière-plan », et des informations fondamentales n’apparaissant pas dans les versions publiées. Ce programme, par une mise en perspective épistémologique, historiographique et iconographique, propose un travail d’interrogation des sources, d’identification, d’interprétation et de relecture des écrits produits dans le champ américaniste.

1- Histoire de l’Américanisme (Responsables : Jean-Pierre Chaumeil, en collaboration avec Pascal Riviale)

Ce projet prolonge des recherches réalisées dans le cadre de deux programmes de coopération scientifique internationale France-Espagne (PAI « Histoire de la constitution d’une communauté américaniste », puis PICS n°3070 « Les Sentiers Iconographiques : production des images dans les Amériques du XVIe siècle au début du XXe (Mésoamérique, Pays andins, Amazonie, sous la responsabilité de J.-P. Chaumeil et F. Del Pino). Chacun a donné lieu à la tenue d’un colloque international (dont les actes ont été tous les deux publiés en 2005 et 2009). Les membres du Centre EREA ayant jusqu’ici animé ces programmes de recherches poursuivront leurs investigations en développant une réflexion historiographique sur les origines et les évolutions de la recherche américaniste (tant en anthropologie qu’en archéologie, histoire et géographie). Les recherches auront pour objectif d’interroger la chaîne opératoire du savoir, au travers de ses différentes étapes, ainsi que ses diverses applications (la collecte des informations, l'exploitation des résultats, les systèmes de représentation des cultures indigènes et métisses). D. Jabin s’associera à cet axe en approfondissant ses recherches sur les travaux anthropologiques menés en Bolivie orientale au milieu du XXe siècle.
Faisant suite à de récentes publications (dont l'Atlas Geográfico del Perú, eds. J.-P. Chaumeil, J. M. Delgado, avec la collaboration de P. Riviale), d’autres sont en cours d’avancement, en particulier : le Guide historique des photographies amazonienne au Perou 1860-1950 (Chaumeil et Juan Carlos la Serna, historien de l’UNMSM) ; et l’édition du Journal de Théodore Ber au Pérou (1864-1896). Coédition Ginkgo-Ville de Figeac (Riviale).


2 - APIC Alfred Métraux : Relectures transatlantiques (Responsable : Philippe Erikson)

En prévision du cinquantième anniversaire du décès d’Alfred Métraux (1904-1964), Ph. Erikson a élaboré un projet de recherche regroupant un groupe de chercheurs émanant des pays où il est né (Suisse), où il a travaillé (France), et où il a enquêté (Argentine, Bolivie). L’objectif en serait non seulement de rendre hommage à la mémoire de Métraux, figure majeure de l’américanisme du XX° siècle, mais encore remettre à l’ordre du jour certaines des thématiques qui lui étaient chères, notamment les questions liées au messianisme, aux spécificités du chamanisme amérindien, et à la nécessité d’envisager les ressemblances autant que les différences entre les sociétés de l’Amazonie et du Chaco, en dépit des contrastes environnementaux entre les milieux dans lesquels elles évoluent. Jusqu’ici, on a surtout retenu le volet empirique des travaux de Métraux, la figure de Métraux ethnographe l’emportant nettement sur celle de Métraux théoricien. Malgré la postérité qu’il a pu avoir à travers les oeuvres d’éminents chercheurs tels P. Clastres ou L. Sebag, tout se passe comme si la vague structuraliste avait en quelque sorte occultée les traces de Métraux. Un demi-siècle après, on s’aperçoit pourtant qu’une partie importante de la recherche américaniste contemporaine redécouvre, sans toujours s’en rendre compte, certaines des pistes qu’il avait jadis ouvertes.